Bulletin n° 1

Publié le 16 Décembre 2014

Bulletin n° 1
Bulletin n° 1
Bulletin n° 1

L’affaire commence en 2009 par l’achat de 33 Ha via la SAFER à 1 euros du m2 d’une ex zone verte ou naturelle au lieu dit Massac par Mme Ferretti -Clement ,fille du maire d’Aspremont..

Rapidement cette vaste zone verte naturelle inconstructible est transformée en un grand domaine avec une immense villa à remparts et un centre équestre : 670m2 de surface de planchers créée apprend t-on dans le document joint.

Certes, s’appuyant sur l’existence d’une bergerie à réhabiliter sur cette zone naturelle , un permis a été déposé en 2010 pour une surface construite de 199m2 .

A ce moment plusieurs associations s’étaient émues du fait que l’existant n’était en fait qu’une ruine ne donnant pas droit à construire. Pourtant, le 1er adjoint de la commune, Mr Bonsignore, accordera le permis de construire en 2010 malgré les grossiers maquillages de la ruine en une bâtisse avec un toit : faux documents présentés dans le dossier de demande de permis de construire en 2010.

Les associations vont alors dénoncer les faits et une plainte au pénal sera déposée en 2012 pour escroquerie, faux et usage de faux, prise illégale d'intérêt . Une enquête est en cours à la brigade de gendarmerie de Nice.

Bulletin n° 1

Le maire de la commune d'Aspremont, Alexandre Ferretti, va alors profiter de la modification du PLU en 2013 pour transformer l'ensemble de la zone naturelle du domaine de Massac en zone agricole qui aurait pu légitimer les constructions réalisées illégalement, et ce, au bénéfice de sa fille.

Janvier 2014, un article de NICE-MATIN relatait cette étrange histoire dans ces colonnes ainsi que la position de Monsieur le Maire. Ce dernier dénonçait avec véhémence ces manœuvres qualifiées de politiciennes car l’affaire ressortait à point nommée juste avant les élections municipales, menaçait même le chef de file de l'opposition et la responsable de l'association de représailles et niait catégoriquement l'existence d'une quelconque plainte en affirmant « être en conformité avec le PLU »…

Pourtant la fille du maire dépose une demande de permis « d’extension de l’existant » en fev 2014 ! Et après une enquête approfondie de la DDTM, l’extension de l’existant est considérée comme une régularisation de construction illégale (ci-joint) et est refusée !

Les services de la mairie sont tenus d’y apposer leur signature : en l’espèce M Bonsigniore 1° adjoint délégué à l’urbanisme.

Ces faits scandaleux sont de nature à trahir la confiance des administrés et sont incompatibles avec les fonctions d’élu occupées par Mr Alexandre Ferretti.

Bulletin n° 1

Rédigé par Ader Aspremont

Repost 0
Commenter cet article